Faire un Don

L’association change de nom et devient LARBRENVIES

Livre témoignage de Sabrina

Résumé :

Q158_Couv_âme_en_éveil_def.indd

Enfermée seule dans une chambre dite « d’observation ». Sans livre, sans télévision, sans accès à la salle de bain. Gavée plusieurs heures par jour par sonde naso gastrique et avec parfois quelques minutes de présence humaine dans la journée… Tel fut mon quotidien pendant un an au sein d’un hôpital psychiatrique de la région parisienne en 2006. Un an pour mourir, après m’être de toute façon détruite de longues années. Une mort psychologique j’entends puisque physiquement ils m’ont sauvée là-bas.

Je n’ai tué personne… Je courais et j’aimais la compétition, à tel point que je suis tombée dans la spirale de l’anorexie et de la boulimie à dix sept ans et j’ai bien failli mourir à cause de ce qui ne devait être qu’un régime.

Si j’admets que les médecins ont fait leur travail en sauvant mon corps, je dois la vie à mes « anges » qui m’ont donné l’espoir. L’espoir que cette épreuve serve un jour.

Je vais mieux et si je ne veux pas ou ne peux pas oublier ce passé, j’ai décidé de dire oui à la vie. J’ai longtemps été une « écorchée vive ». Aujourd’hui, je n’affiche plus ma révolte et je travaille pour parvenir au calme intérieur.

Aujourd’hui je suis vivante et enrichie d’une force vitale que d’autres n’ont pas qui me fait vivre avec intensité et rythme effréné mais surtout je suis sensible au caractère « magique » de la vie quand tant de gens ne vivent pas et se contentent d’exister. La tristesse ou la colère qui me collent à la peau ne partiront peut-être jamais totalement mais je sais maintenant les transformer en énergie positive et je continue jour après jour à découvrir toutes ces choses qui pour moi font la beauté de la vie : l’amour, la compassion, l’humilité et l’authenticité principalement.

Préfacé par le Pr Michel Lejoyeux (lire la préface)

citation anges

« Je me suis ouvert la tête contre les murs de ma prison. Les médecins ont proposé à mon père de monter dans ma chambre alors qu’il ne m’avait pas vu depuis des mois. C’était peut-être ma dernière nuit ici-bas selon eux. Je crois qu’ils ne l’ont pas proposé à ma mère car c’était une scène trop dure à vivre. Dans mes souvenirs embrumés, je revois l’apparition de mon père – tel un ange – et me souviens avoir éprouvé de la joie en le voyant entrer. Il m’a posé une seule question, dont je n’ai pas compris le sens : que s’est-il passé ce matin ? Je ne sais pas. Les larmes ont commencé à couler sur le visage de papa et le médecin l’a prié de sortir. »

sabSabrina tombe dans l’anorexie à 17 ans, suite à un régime sensé améliorer ses performances sportives. Deux ans plus tard, les crises de boulimie s’en mêlent. Son poids va descendre jusqu’à 27 kilos. Sauvée de justesse, elle est internée en psychiatrie pendant un an, après avoir été baladée d’hôpitaux en cliniques, insuffisamment équipés et formés pour la prendre en charge, avec son lot d’humiliations.

Ce livre révèle toute l’ambivalence dans laquelle se débattent les anorexiques, hypersensibles au bien et au mal qui se mélangent. Derrière ce corps torturé qui fait peur à voir, un désir de pureté et d’absolu qui ne parvient pas à se dire. Comment vivre sa spiritualité empêtrée dans la matérialité, les besoins affectifs et charnels ?

Au gré des rencontres lumineuses et des synchronicités, Sabrina va se relever, se réconcilier avec elle-même et redonner un sens à sa vie. C’est l’histoire d’une longue reconstruction, d’abord physique puis psychologique. Un parcours douloureux mais finalement positif que Sabrina nous raconte avec tout son cœur. Sa détermination est à présent au service de sa reconstruction.

Page Facebook de L’âme en éveil

Extraits :

« Tandis que certains marquent leur rejet du passage au monde adulte en adoptant des comportements de révolte plus ou moins évidents, j’ai opté pour la nourriture comme moyen d’expression et d’opposition. Au-delà de cette crise d’adolescence, il y avait un véritable besoin de transcendance. Peu de gens mettent des mots sur cette quête spirituelle. La spiritualité est, sinon rejetée, au moins taboue. La jeune anorexique peine encore plus à saisir le sens du mal qui la ronge ».

« Les médecins qui m’ont soignée sont très loin d’avoir compris qui ils soignaient. Ils ont soigné un corps, certes. On peut dire qu’ils ont fait leur boulot. En partie. Ils ont laissé mourir mon âme. Et un corps sans âme n’est que douleur sur terre ».

 Lire les premières pages du livre en cliquant ici !

Articles (cliquer sur le titre) :

Le Concours Médical : « Quand l’anorexie est une mue » (Février 2015)

Le Parisien : « Anorexie : le livre coup de poing de Sabrina » (12 juin 2014)

Enfine a lu, Enfine a vu (Juillet 2014)

Dimitri Jacques : « L’âme en éveil, le corps en sursis : un témoignage d’anorexie spirituelle » (Juin 2014)

 Témoignages Lecteurs

Version papier : Bon de Commande 

(à renvoyer à l’association accompagné de votre règlement) :

SabrinaTCA92
96 avenue Victor Hugo
bat B – RDC
92140 clamart

ou par mail : SabrinaTCA92@outlook.fr (l’expédition aura lieu à réception de votre règlement)

Vous pouvez commander le livre sur le site de Quintessence, sur les sites marchands et

dans toutes les librairies de France

Paiement possible par Paypal en précisant l’objet du paiement Les droits d’auteure sont reversés à l’association.

Nouveau ! L’âme en éveil est disponible en format Epub !

En savoir plus

Commander ‘L’âme en éveil, le corps en sursis’ :